Classement zoologique des vers de terre

 

(extrait de dossier du Laboratoire de Zooécologie du sol INRA - Novembre 2001)
 

 

        Scientifiquement, les chercheurs appellent les vers de terre «les lombriciens». Il existe une multitude d'espèces, dont une proportion importante n'est pas encore bien étudiée par les spécialistes.

 

Les lombriciens représentent la première biomasse animale de la terre. En France, on compte près de 150 espèces ou sous-espèces de lombriciens. Les vers de terre se rencontrent dans presque tous les sols de la planète, excepté dans le désert et dans les régions polaires, où il n'y a pas de plantes.


Tous les lombriciens ne logent pas à la même enseigne. Ils sont classés en trois grands groupes écologiques : les épigés, les endogés et les anéciques.

À chaque groupe de lombriciens correspond un habitat différent : de la surface du terrain aux profondeurs du sol. Les vers habitent tous les étages du sol mais ne se confondent pas.

 

 

Les épigés se classent dans la catégorie des vers digesteurs.

Ces lombriciens gourmands se nourrissent uniquement des matières organiques de surface; Tout leur convient : des végétaux en décomposition aux fumiers les plus divers. Communs, de petite taille et de couleur rougeâtre, les épigés se reproduisent abondamment pour faire face à leurs nombreux prédateurs et à la sélection naturelle.

 

Dans cette famille prospère, on trouve le fameux ver rouge de Californie, tellement vanté par certains propectus. En fait, derrière ce nom d'importation se cache le plus souvent Eisenia andrei.

Ses proches cousins Dendrobaena subrubicundus, Eisenia eiseni, Lumbricus rubellus, et bien sûr pour le ver zébré du fumier Eisenia fetida, sont tous des excellents digesteurs des matières organiques.

 

      • Les endogés et les anéciques se classent dans la catégorie des vers laboureurs.

Ils représentent la majorité des lombriciens européens. Les uns et les autres creusent des galeries dans le sol.

 

 

Les endogés, appartenant au deuxième grand type écologique, vivent en permanence dans le sol. Ils sont apigmentés, de taille variable, et se nourrissent essentiellement de terre plus ou moins mélangée à la matière organique.

 

Les anéciques, de couleur brune, sont de gros vers de terre qui constituent le troisième type écologique. Ils creusent des galeries subverticales. En s'accrochant par la queue à l'orifice de leur terrier, ils entraînent les débris organiques qui jonchent le sol, les ingèrent en les mélangeant à de la terre prise en profondeur. Ils sont responsables des tortillons de terre (turricules) caractéristiques déposés sur le sol.

 

Ces laboureurs ont donc un rôle écologique important. Grâce à eux, la terre respire, s'aère, s'enrichit d'une flore microscopique obtenue par le recyclage des déchets. Ce sont bien des acteurs discrets mais indispensables de la vie des sols.

 

 

 


gralon  webrankinfo  DicoDuNet